L’Islam au-delà des musulmans

Dans le cheminement que nous suivons, sous la responsabilité du guide spirituel Mohamed Faouzi Al Karkari, il nous est enseigné que la voie n’est qu’un retour vers notre réalité première. Il nous évoque la parole du Prophète : « Chaque nouveau-né vient au monde selon la fitra [l’Islam]* mais ce sont ses parents qui font de lui un juif, un chrétien ou un mazdéen. »

Cette notion de « fitra » est une réalité originelle, qui prend le sens de pureté, de Lumière, qui est propre à la nature de notre vie prééternelle. En effet, avant d’apparaître dans ce monde, nous étions dans une existence sans trouble de dualité et de contingence, qui ne sont propres qu’au monde présent dans lequel nous sommes.

L’exemple le plus parfait du terme « fitra » peut s’identifier par le concept de « Lumière », car le propre de celle-ci est qu’elle présente l’unité et l’origine dans son sens le plus profond. Il suffit de prendre l’exemple des couleurs que nous percevons autour de nous, il est toujours question d’une notion de « Lumière », car c’est elle qui nous permet de les identifier. Mais en second lieu, dans le cas de la couleur noire, elle signifie tout simplement une absence de Lumière, qui correspond tout de même à cette dernière qui en est que l’origine.

L’Islam elle, il est important de le soulever, est au-delà de sa définition présente. En effet, les nombreux amalgames de notre époque la réduisent au dogme et à la pratique rituelle de la religion. Elle se trouve parfois dépourvue de sens profond, incomprise et considérée comme une réalité mécanique ou matérielle. En cela, si nous considérons l’Islam au sens de soumission à l’ordre divin, l’homme moderne, plongé dans les artifices du monde physique, a tendance à se représenter inconsciemment et même de façon automatique la soumission comme le cliché d’une affliction ou d’une humiliation par le corps. Cette image fausse est bien loin de la réalité originelle de l’Islam, dans laquelle nous sommes tous nés.

Tout d’abord, l’Islam dans sa définition courante est la religion de notre père à tous, Abraham, porteur de l’héritage des trois grandes religions monothéistes.

Ensuite, le terme Islam dans son sens le plus concret signifie soumission à un Dieu unique, ce qui est bien loin de la définition erronée d’une servilité à un culte ou un rite quelconque. Par conséquent, il est dans un premier temps question d’une soumission à « l’unicité de Dieu ».

« Est-ce que celui dont Allah ouvre la poitrine à l’Islam et qui détient ainsi une lumière venant de Son Seigneur… » (Coran 24 ; 22).

Par ailleurs, si nous revenons à l’histoire de l’Islam, nous devons préciser que lorsque le Prophète Muhammad, prière et paix sur lui, reçu la révélation, il n’a jamais été question d’enseigner un culte ou une pratique dogmatique. Au début de sa mission, il s’agissait d’enseigner la notion d’unicité, de croyance, appelée dans le jargon islamique « tawhid », et ceci durant 13 ans.

Enfin, il est important de retenir que l’Islam est avant tout une réalité universelle qui a commencée dès les débuts de l’humanité avec notre père Adam, puis qui s’est concrétisée à travers une révélation coranique sous la forme matérielle et en la personne de Muhammad, prière et paix sur lui.

Comme nous le précise le Coran : « Allah est la lumière des cieux et de la terre. » Cela signifie qu’avant que notre perception sensible affirme le monde présent, désigné ici comme étant les « cieux et la terre », renvoyant à l’existence actuelle, nous venions de la Lumière qui est unité absolue de Dieu. Cette Lumière n’est qu’autre que l’esprit de Muhammad, paix sur lui, qui avant d’être considéré comme une entité physique n’était que l’expression d’un vœu formulé par Abraham : « Je suis l’accomplissement du vœu formulé par mon père Abraham et l’heureuse annonce faite par Jésus. Et ma mère a vu, quand elle me porta, jaillir d’elle une Lumière par laquelle lui étaient illuminés les palais de Cham [actuelle Syrie]. »

Dieu nous dit également : « Lorsque je voulus créer la création, je pris une poignée de Ma Lumière et lui dis : “Sois Muhammad !”, et Je créais ensuite toute chose de sa Lumière. » C’est ainsi que fut établi notre existence par cette réalité lumineuse, qui de façon première n’était pas à considérer comme une réalité conceptuelle ou physique, que l’on identifie par Mohamed, ou Jésus, lui aussi étant présenté en tant que Lumière. Mais nous devions les reconnaitre avant tout, comme des réalités au départ suprahumaines, provenant de cette nature première qui est la fitra, nature lumineuse dont nous sommes nous-mêmes issus.

C’est ensuite, lorsque nous avons vu le jour dans nos foyers, notre univers, que nous sommes progressivement sortis de cette présence lumineuse. C’est d’ailleurs pour cela que le nouveau-né est souvent considéré par les expressions courantes comme une lumière, pure et innocente. En effet, lorsque l’enfant vient au monde, il sort d’un monde illuminé par des réalités divine, puis peu à peu, le cœur perd sa nature saine (fitra), par la considération des formes apparentes du monde sensible.

Par conséquent, chacun d’entre nous grandit dans un univers qui parfois est bien loin des vérités révélées par l’Islam. Nous héritons dès le plus jeune âge des vestiges d’un passé hérité de nos aïeux et de qui nous avons reçu certaines croyances. Prenons par exemple le cas de l’occident, qui s’obstine à vouloir renier ses racines orientales, mais qui pourtant doit reconnaître n’être que l’enfant d’une histoire bien plus subtile que l’enseignement moderne veut nous inculquer.

En outre, retenons que toute notre vie aujourd’hui est basée sur des traces d’un passé marqué par les trahisons du temps. C’est ce qui a fait de nous ce que nous sommes actuellement. Notre réalité première fut corrompue par les différentes évolutions des sociétés, des mœurs héritées, et qui souvent apparaissent chez les musulmans eux-mêmes, pourtant censés être porteur de cet Islam que nous avons présenté.


*Fitra : dans cette tradition prophétique (hadith), la fitra renvoie tout simplement à l’Islam. Pas uniquement dans sa forme concrète révélée il y a 14 siècles, mais le message divin qu’on considère avoir été porté par tous les prophètes et messagers et qui prit différentes formes à travers les âges. Le message de Jésus comme de Moïse, que la paix soit sur eux, porte la même finalité que le message apporté par le Prophète Muhammad, prière et paix sur lui, en son temps.

Sebastien B.
Étudiant en philosophie. Spécialisé dans la recherche comparative des sociétés occidentales et orientales. Son regard sur la société est nourri par ses études et sa démarche spirituelle. 

Articles liés.

Islam initiatique & prophétie intérieure

Savoir dématérialiser le Message et le Messager.

L’islam du cœur et initiation spirituelle

Comprendre l'ouverture de la poitrine en islam en 3 points.

« Baisser le regard » : que dit vraiment le Coran ?

Avec cette partie du 30ème verset de la sourate La Lumière, nous tenons aujourd’hui à démontrer, par une analyse simplifiée, à quel point le Verbe divin est riche d’interprétations et de directions pour le cheminant. Mais ça, c’est pour le cheminant !

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site de l'association (loi de 1901) Lumière & Cheminement, dont le but est la diffusion des enseignements de la Tariqa Karkariya par ses disciples européens. Cette diffusion se fait notamment à travers la publication d'articles, ouvrages, vidéos et par l'organisation d'évènements et rencontres. Forts de leur apprentissage auprès du maître éducateur marocain, le Shaykh Mohamed Faouzi Al Karkari, ces disciples organisent à travers cette structure leurs différentes activités dont ce site se veut être la vitrine.