La preuve de l’extraordinaire

Par habitude, l’Homme a banalisé le monde dans lequel il évolue. L’émerveillement s’est absenté et s’est exilé sur les terres de son enfance. Le monde paraît comme une mécanique, certes bien huilée, mais monotone et prévisible. C’est désenchanté qu’il parcourt le livre de sa vie.

Que pourrait-il bien arriver ici-bas ? Qu’est-ce qui pourrait rompre radicalement le cours des choses ?

Et voilà qu’il rêve de gagner à la loterie, c’est la meilleure chose qu’il puisse m’arriver se dit-il…

Ce regard porté sur le monde est l’opacité qui recouvre le cœur. C’est comme cela que nous sommes faits. Nous grandissons, nous apprenons et nous établissons.  C’est ainsi que nous procédons. Nous sommes nés dans un jardin d’étoiles au sein duquel chaque pétale, chaque fleur porte la marque de l’infinité et de la liberté.  Mais petit à petit nous construisons une boîte. Planche après planche nous la façonnons avec les matériaux les plus solides, ce que nous aimons le plus ; l’amour de la bonne réputation, l’argent, du savoir livresque ; etc. Une fois que cette boîte est construite, nous nous installons dedans et attendons. Ce n’est plus un champ étoilé qui se présente devant nous, mais un lieu restreint que nous avons construit de toutes pièces.

Nous en sommes fiers, quelle belle boîte nous avons là! Nous la montrons à tout le monde, nous organisons des concours de celui qui a la plus belle boîte. Nous donnons même des certificats, des diplômes aux meilleurs constructeurs de boîtes. Platon nous informe certes que l’Homme est dans une caverne, mais comment s’est-il retrouvé dedans ?

Le temps passe et il oublie, il oublie le jardin d’étoile, il oublie l’éternité qu’il côtoyait. La boîte devient son monde, la boîte devient son amour, la boîte devient son maître. C’est dans ce lieu clos qu’il se met à juger de l’Univers ; où qu’il se tourne, il ne voit que des planches c’est que l’Univers est restreint se dit-il…

Lorsque Adam et son épouse, paix sur eux, n’avaient pas conscience de leur nudité et donc de leur corps, que restait-il ? Il ne restait que le paradis, le jardin c’était eux, l’éternité, c’était eux, tout ce qu’ils voyaient n’était que pure beauté et ils étaient ce qu’ils voyaient !

Serait-ce pour cela qu’ils ont eu entièrement confiance aux insufflations du Diable ?

Ils étaient dans l’Union pure. Mais leur histoire nous montre que l’union seule n’est pas suffisante, car bien qu’uni, tous les éléments de l’Univers ne s’équivalent pas. Pour acquérir ce savoir, ils ont dû être séparés de cette union inclusive. C’est ainsi que les insufflations du Diable qu’ils suivirent furent une source de connaissance pour eux et pour nous.

Cet événement provoqua la scission et ils prirent conscience de leur nudité, autrement dit de leur corps. Ils mangèrent du fruit de l’arbre et gouttèrent à la scission après l’union, ce qui leur permit de distinguer les différents degrés des éléments qui les entourent.

Il est intéressant de noter que le mot arabe pour désigné l’arbre dont Adam mangea le fruit, dans le Coran, est le mot « shajara« , dont la racine signifie: diverger, bifurquer , ramifier, séparer, diviser…

Ils surent que le Diable était d’un degré vil et ne devaient pas être suivis. Et que s’ils voulaient retourner à l’Union, ils devaient suivre ce qui était élevé. Un retour à l’union, mais cette fois-ci avec connaissance des différents degrés qui la compose.

L’histoire de nos premiers ancêtres n’est que la transposition de notre propre histoire. Cette boîte que nous construisons est nécessaire, car c’est par elle que nous percevons d’un point de vue autre que celui de l’Union.

Cependant, nous ressentons tous un vide dans le cœur, un manquement, que tout l’univers matériel  ne pourrait combler. Ce vide n’est autre que cette union avec l’éternité que nous avons ôtée de notre cœur.

Si on prend le temps de méditer, nous constatons que tout dans notre vie est mû par ce désir de retourner à cette union primordiale, à cet oubli de nous-mêmes ; nous cherchons à plonger dans un film jusqu’à s’oublier, dans un jeu vidéo, dans la ou le compagnon, dans l’alcool, dans diverses substances, le travail… Le problème est que nous utilisons des éléments limités pour combler un vide illimité. Il s’agit en réalité de la même aspiration, mais d’un degré vil…

Tous ces essais nous amènent donc à des plaisirs éphémères, et non au bonheur. Quant au vide, il est toujours bien présent…  Nous airons ainsi d’un à l’autre sans jamais atteindre la satisfaction, ou pour être plus juste dans les termes, la plénitude.

Que faut-il à l’Homme pour briser la boîte qu’il s’est construite, que faut-il à l’Homme pour sortir de cet environnement confiné qui’il a façonné de ses propres mains ?

Il lui faut une rupture nette avec ce qu’il a construit, une preuve qui rompt avec la monotonie et la prévisibilité que l’être humain semble constater dans le monde qui l’entoure. Il lui faut la preuve de l’extraordinaire !

Cette preuve consiste en un rappel concret et visible de l’éternité qu’il a connu auparavant. Un signe qui viendrait percer le voile opaque qui recouvre le cœur, qui viendrait briser les planches de cette boîte que nous adorons tant.

Si seulement j’avais la preuve qu’un monde de Lumière et d’éternité existait derrière les apparences, sans nul doute que je quitterai l’intérêt pour les banalités et que je me consacrerai pleinement à la quête de l’Éternel !

Et vous que feriez-vous si vous receviez cette preuve ?

Emmanuel A.
Infirmier - Diplômé en psychologie et sciences de l’éducation à l’université de Liège. Auteur spécialisé dans les domaines de la science, de la psychologie, et de la spiritualité.

Articles liés.

L’islam du cœur et initiation spirituelle

Comprendre l'ouverture de la poitrine en islam en 3 points.

Face aux caricatures et autres évènements : une posture spirituelle

Les tragédies actuelles, faites au nom de l’Islam et de la défense du Prophète – prière et salut d’Allah sur lui – n’ont aucune...

Lumière & Cheminement : une approche simplifiée

Nous ne pouvons avancer dans l’enseignement de « Lumière et Cheminement » sans évoquer le sens même du nom que nous avons choisi...

Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur le site de l’association (loi de 1901) Lumière & Cheminement, dont le but est la diffusion des enseignements de la Tariqa Karkariya par ses disciples européens. Cette diffusion se fait notamment à travers la publication d’articles, ouvrages, vidéos et par l’organisation d’évènements et rencontres. Forts de leur apprentissage auprès du maître éducateur marocain, le Shaykh Mohamed Faouzi Al Karkari, ces disciples organisent à travers cette structure leurs différentes activités dont ce site se veut être la vitrine.